Skip to content →

JoliStory – Autobiographie olfactive : les parfums de ma vie

Hello!

Ok, le titre de cet article est un poil pompeux mais j’assume 😉 En gros, je vous dévoile un petit historique des parfums qui m’ont accompagnés pendant 34 ans (vous connaissez désormais mon âge canonique!).

Petite, ma chambre était tapissée de publicités pour parfums découpés dans les magazines féminins de ma mère. Mais si j’avais oublié certains parfums avant d’entamer cette rétrospective, d’autres fragrances m’accompagnent toujours et sont prêtes à raviver en un éclair une brassée de souvenirs, plus ou moins fleuris.

Premier souvenir

ad-rochas-byzance-perfume

Le parfum de ma mère dans les années 80  : Byzance de Rochas. Aujourd’hui le flacon bleu saphir so 80’s ferait cheap dans notre salle de bain mais pour moi, à l’époque c’était le comble du chic. Un bisous avant de sortir le soir et hop, je faisais le plein de cette odeur, piégée habilement dans son foulard en soie.

Premier sent-bon

givenchy_tartine_1024x1024

Une odeur doudou emblématique de mon enfance. Il m’arrive encore parfois d’aller le sentir chez Sephora : petit plaisir régressif!

Ptisenbon, Tartine et chocolat

Les années collège

Anais

Quand je pense que c’est le parfum de toujours de Jennifer Aniston ! Je ne pourrai plus le porter, j’aurais l’impression d’avoir à nouveau 13 ans (ce que je ne souhaite pour rien au monde : plus je vieillis, mieux je me porte ;))

Anaïs Anaïs, Cacharel

Le péril eau jeune

Eau de toilette boheme vanessa demouy eau jeune annees 90

« Loulou  ? Loulou  ? » Non, moi c’est Démon  ou Bohème ou Garçonne … je papillonne ! Les parfums Eau Jeune pourraient faire l’objet d’un post « beauty revival » à eux tous seuls haha ! (Coucou Vanessa Demouy!)

C’est aussi l’époque où je collectionne les flacons, miniatures si possible, c’est plus chou.

Ah et aussi : « Oui-non » de Kookaï  et « une touche de Naf Naf » (dont le flacon ressemblait étrangement à une « tototte », donc carrément must-have à l’époque). Oh la la! tout me revient : le passage de la fin des 80’s au début des 90’s, c’était vraiment la grande époque du parfum de supermarché ou c’est moi ? Revival avec cette pub culte :

 

High School crush : le virage androgyne des 90’s

CK et ISSEY

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au lycée, quand je ne passais pas mon temps libre à me shooter aux effluves de shampooing Fructis pour tromper l’ennui des courses au Géant Casino de Lons-le-Saunier, je m’aspergeais de CK One ou Eau d’Issey en écoutant Oasis et les Cranberries. Vous saurez tout.

Le fail Cocotte

lolitalempickappedp300

Impossible d’assumer Poison (de Christian Dior), le bien nommé (porté par les pestes de mon lycée), je décide quand même qu’il est grand temps de porter un parfum de dame, de tentatrice même ! (Sait-on jamais…) Sur ma peau, le parfum fait pschiiit : l’odeur de réglisse et de cerise me ferait presque tourner de l’œil au premier coup de vapo et ne fait tomber en pâmoison aucun garçon : le parfum ne fait pas la femme.

Les années Fac : mademoiselle aime Chanel (et Dior)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Classe , élégant et facile à porter : Coco Mademoiselle sera ma première longue histoire : je lui resterai fidèle pendant toutes mes années de fac de droit à Besançon. Il sera remplacé un temps par Miss Dior peu de temps après mon arrivée à Paris en école de journalisme : je prends d’assaut la capitale!

missdiorcherie02

J’adore, mais c’est pas moi !

Parce que c’est le parfum d’une amie ou parce qu’il ne matche pas vraiment avec ma peau, un vrai coup de cÅ“ur peut finir ses jours misérablement, encore presque rempli, sur l’étagère de ma salle de bain. C’est le cas de ces deux-là :

        Chloe et narciso

 

 

 

 

 

 

 

Chloé, eau de parfum  – L’eau Narciso Rodriguez for her

Le parfum psy :

Période d’introspection de 30 à 33 ans, je m’intéresse à la psy et aux médecines douces et l’odeur de chèvrefeuille musqué de Présence(s) de Bach me réconforte. J’aime aussi sa promesse : « en accord avec soi-même et en accord avec les autres ». Je le porte encore de temps en temps.

presences

Présence(s) de Bach

Une constante : la fraîcheur

 

Le petit dernier : Le jardin de monsieur Li d’Hermès,  acheté en petit format : je reste prudente, je ne m’engage toujours pas facilement sur la durée, mais le flacon de 30 ml est presque fini!

HERMES LI

 

 

 

 

 

 

 

 

Même si je rêverais d’incarner des parfums plus sensuels et racés, je finis toujours pas me tourner vers les senteurs de linge propre, d’agrumes, d’eau, de frais… [Edit 13/06/2016 : je viens de le racheter en grand format : il va m’accompagner tout l’été!]

Toujours en quête

Fin avril, je pars en Angleterre (vous en entendrez parler!) : les parfums Jo Malone et Penhalighon me font de l’œil. Je me fais toujours des notes sur mon iphone de « parfums à sentir ».  Et vous, quel est votre JoliStory parfums ? N’hésitez pas à partager avec moi vos derniers coups de cÅ“ur même s’il n’y a rien de plus personnel et subjectif qu’un crush olfactif.

Joligood day les filles !

Published in JoliNews JoliStory

4 Comments

  1. Homonyme Homonyme

    Et là, complètement fan, je suis replongée dans les années 90/2000 : envie de porter un bandana et un jean délavé !…Et de m’asperger d’une « Touche de Naf-Naf » !

    • Anne-Sophie Levesque Anne-Sophie Levesque

      Hello Homonyme 😉 ! Et on mettrait notre collier tototte et notre ceinture boucle à fleur en sentant le démon d’Eau Jeune ! Si toi aussi, tu as une JoliStory à raconter (parfum ou autre) n’hésite pas à la partager : je la publierai sur Joligood!

  2. Julie Julie

    J’attendais avec impatience le prochain « Joligood » et là quel plaisir de lire tout ça. C’est bon j’ai envie d’aller redécouvrir ces parfums qui ont bercé mon enfance….merci encore pour ces quelques notes d’écriture et de parfum pétillantes. Et moi je rêve encore et porte toujours le magique Chance de Chanel !!!!

    • Anne-Sophie Levesque Anne-Sophie Levesque

      Merci beaucoup Julie ! Un nouveau post pétillant arrive très bientôt 🙂 Ah, Chance de Chanel, tu as raison, il est magique ! Rien que le nom fait rêver : « hop, chaque jour, un pschitt de chance et la journée peut commencer! » Ça me donne envie de le (re)tenter tiens 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *